Organisation-500x500

Le travail peut servir l’intérêt public et, lorsqu’il consiste à s’occuper des autres, il développe la cohésion sociale et renforce les liens familiaux et communautaires. Le travail joue également un rôle de consolidateur des sociétés. Les êtres humains qui travaillent ensemble, en plus d’accroître le bienêtre matériel, accumulent un immense corpus de connaissances sur lequel sont fondées les cultures et les civilisations. Et lorsque tout ce travail est respectueux de l’environnement, les avantages s’en font sentir de génération en génération. Fondamentalement, le travail libère le potentiel humain, la créativité humaine, l’esprit humain. Cette année, le Rapport sur le développement humain s’intéresse à la manière dont le travail peut renforcer le développement humain, sachant que le monde du travail évolue à grande vitesse et que d’importants défis restent à relever en matière de développement. Le rapport se place dans une optique globale du travail, ajoutant à l’emploi le travail bénévole et le travail créatif. Dans son examen du lien entre travail et développement humain, il s’intéresse à la fois au travail de soins et au travail rémunéré, avant d’aborder le thème du travail durable. Le rapport fait en outre observer que le lien entre travail et développement humain n’est pas automatique et que certaines formes de travail, notamment le travail forcé, peuvent porter atteinte au développement humain en violant les droits de l’homme, en bafouant la dignité humaine et en sacrifiant la liberté et l’autonomie. En l’absence de politiques publiques adéquates, l’inégalité des chances de travail et des salaires peut être source de divisions et perpétuer les injustices sociales.

Le développement humain est axé sur la plénitude de la vie

Le travail est un moyen de gagner sa vie et de garantir sa sécurité économique. Il est indispensable à la croissance économique équitable, à la réduction de la pauvreté et à l’égalité des sexes. Il ouvre la porte à la pleine participation à la société tout en contribuant à la dignité et à la valorisation de la personne.

Le rapport conclut que le travail peut renforcer le développement humain lorsque les politiques publiques ouvrent des opportunités de travail productif, rémunérateur et satisfaisant ;développent les compétences et le potentiel des travailleurs ; et garantissent leurs droits, leur sécurité et leur bien-être. Le rapport suit en outre un programme d’action axé sur un nouveau contrat social, un pacte mondial et l’Agenda pour le travail décent.

Les individus sont la véritable richesse des nations et le développement humain est le processus qui conduit à l’élargissement des choix offerts à chacune et à chacun Il y a vingt-cinq ans, le premier Rapport sur le développement humain présentait le concept du développement humain : une notion simple, d’une portée considérable. Le monde s’est trop longtemps préoccupé d’opulence matérielle, au détriment des êtres humains. Dans le cadre du développement humain, l’adoption d’une approche axée sur les populations a modifié la perception des besoins de développement, qui a pris une dimension humaine. Le premier rapport rappelait que l’objectif fondamental du développement n’est pas seulement d’accroître les revenus, mais aussi de maximiser la gamme des choix ouverts aux individus, par le renforcement de leurs droits, de leurs libertés, de leurs capacités et des opportunités qui s’offrent à eux, mais aussi en leur permettant de vivre longtemps, en bonne santé et de mener une vie créative. La notion de développement humain est complétée par une mesure, à savoir l’indice de développement humain (IDH), qui évalue le bien-être humain dans une perspective globale, au-delà du seul revenu.